Actualités

 

Juillet 2020

Le NADH et la PROTECTION SOLAIRE

 

L'été est là et, avec lui, un rayonnement solaire accru auquel beaucoup de personnes aiment s'exposer.

 

Mais une exposition trop importante provoque des coups de soleil. Ces derniers sont non seulement douloureux, mais ils engendrent aussi le vieillissement prématuré de la peau, et potentiellement un cancer de la peau.

 

Selon une étude de la Pr Mustafina (Moscou) (1), le problème des lésions cutanées et du vieillissement prématuré de la peau est lié à un dysfonctionnement de la microcirculation des capillaires (les plus petits vaisseaux sanguins dans notre corps).

 

Lors de cette étude, la microscopie des capillaires a donné des résultats en temps réel sur les conditions de la microcirculation. Cette méthode permet d'examiner l'épaisseur, le diamètre et l'étendue du champ d'action (espace périvasculaire) de ces minuscules vaisseaux.

 

Cette technique a permis de démontrer que la réduction du débit sanguin capillaire, l'apport amoindri d'oxygène et de substrats énergétiques dans la peau qui en résulte et le ralentissement de l'évacuation des métabolites entraînent des dommages cutanés permanents.

 

Le NADH sous sa forme liposomale permet de rétablir la microcirculation et d'ainsi alimenter à nouveau les tissus environnants en énergie, ce qui permet de réparer les cellules endommagées. Ainsi, les inflammations cutanées guérissent et le vieillissement de la peau cesse. Ce résultat est exclusivement dû à la formule liposomale du NADH dans les liposomes. Il s'agit de minuscules gouttelettes qui contiennent du NADH et l'acheminent jusqu'à la peau. Là, le NADH déploie son effet énergisant. À l'inverse, la plupart des cosmétiques ne traitent que la surface de la peau. Pour de nombreux dermatologues, le NADH sous sa forme liposomale est une véritable préparation anti-âge d'un genre nouveau.

 

Sous sa forme liposomale, le NADH (= hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide), l'hydrogène biologique de notre organisme, est une formule brevetée développée par le Pr Birkmayer qui ne contient qu'un seul excipient : la lécithine dans les liposomes. Celle-ci permet d'acheminer le NADH jusqu'à la peau où il peut ensuite agir, par exemple en cas de coup de soleil. L'ADN des cellules cutanées endommagées par les rayons du soleil (= rayons UV) est également réparé, ce qui prévient une éventuelle dégénérescence.

 

Le NADH sous sa forme liposomale empêche également la formation de radicaux libres, renforce le système immunitaire et a des effets positifs sur les taches de vieillesse, les rides, l'acné et la dermatite toxique. Il agit surtout de façon préventive comme protection solaire et contre les allergies au soleil.

 

Tout cela est expliqué plus précisément dans le livre du Pr George Birkmayer NADH – der biologische Wasserstoff (2)

 

1. Mustafina F. K., Mustafin T. K., Lasuk A. V., Computergestützte Kapillaroskopie der Haut – ein neues diagnostisches Verfahren in der ästhetischen Medizin, Kosmetik und ästhetische Medizin, 02/2018 (Capillaroscopie de la peau assistée par ordinateur – une nouvelle procédure de diagnostic pour la médecine esthétique ; Cosmétique et médecine esthétique)

2. Pr George D. Birkmayer, Der biologische Wasserstoff das Geheimnis unserer Lebensenergie (L'hydrogène biologique, le secret de notre énergie vitale) (chapitre 9)

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Juin 2020

Le NADH et la DÉMENCE

 

L'une des maladies les plus courantes de la vieillesse est la démence, aussi appelée démence sénile car elle apparaît généralement après 65 ans. L'idée reçue selon laquelle Alzheimer et la démence seraient deux maladies différentes est fausse. Alzheimer est une forme de démence, tout comme la démence vasculaire et la démence à corps de Lewy.

 

La démence se manifeste en premier lieu par des troubles de la mémoire à court terme et de l'attention. Les patients cachent souvent cette perte de mémoire pendant plusieurs mois – voire plusieurs années, perdant ainsi un temps précieux avant de commencer une thérapie.

 

D'autres signes de la démence sont:

    - Perte de mémoire, confusion
    - Irritabilité, agressivité
    - Altérations de la personnalité
    - Dépression
    - Troubles du langage, perte de la capacité à communiquer
    - Désorientation dans le temps et l'espace

 

Ces troubles cognitifs sont dus à une défaillance des synapses (= transmissions) dans le cerveau.
Ce dysfonctionnement de la communication entre cellules empêche le stockage et le traitement d'informations car les neurones sont endommagés.

 

Une façon simple d'évaluer les fonctions cognitives de ces patients est le test de Folstein ou mini-mental state examination (MMSE).

 

Il permet de tester les capacités intellectuelles d'une personne en moins de 5 minutes:

 

    1. Orientation: on pose 10 questions aux patients, par exemple « Quel jour sommes-nous/en quel mois/quelle année sommes-nous ? », « Quelle est la date d'aujourd'hui ? », « Dans quel pays/quelle ville sommes-nous ? ».
    2. Identification: le patient doit décrire trois objets désignés par le soignant.
    3. Capacité d'attention et de concentration: le patient doit épeler un mot de cinq lettres à l'envers et répéter une série de chiffres.
    4. Mémoire à court terme: le patient doit se remémorer les trois objets du point 2.
    5. Compréhension: le patient doit exécuter les ordres du soignant, par ex. répéter des mots, exécuter des consignes écrites, rédiger des affirmations correctes.

 

Le score maximal est de 30 points, un score inférieur à 24 points est synonyme de capacités cognitives altérées. (Pour plus de détails, référez-vous au livre du Pr George Birkmayer, chap. 3.6 : NADH-Der biologische Wasserstoff, das Geheimnis unserer Lebensenergie (NADH : l'hydrogène biologique, le secret de notre énergie vitale)

La question est à présent de savoir s'il est possible de soigner voire de guérir entièrement la démence ou un autre trouble cognitif.

 

La réponse est OUI, avec le NADH.

 

Cela a été prouvé par une étude de l'université de Georgetown à Washington, D.C.:

Dans cette étude, les patients souffrant d'Alzheimer ont reçu 10 mg de NADH par jour pendant 6 mois. Les fonctions cognitives des patients ont été évaluées au début et à la fin de ces 6 mois à l'aide de tests standardisés. Les résultats ont été impressionnants : les patients ayant reçu du NADH ont fait preuve de fonctions cognitives nettement supérieures à celles des patients ayant pris le placebo. À l'inverse, les fonctions cognitives des patients sous placebo se sont détériorées.

 

Une autre étude effectuée par le Pr DEMARIN à l'université de Zagreb (1) a confirmé l'efficacité du NADH sur un nombre plus important de patients Alzheimer (2). Non seulement le NADH stoppe la progression de la démence, mais il améliore aussi les fonctions cognitives des patients. L'efficacité du NADH est très vraisemblablement due à son apport en énergie.

 

Étant donné que le cerveau humain consomme environ un tiers de l'énergie produite par l'organisme, le MANQUE D'ÉNERGIE est la cause la plus plausible des troubles cognitifs. Cela expliquerait aussi pourquoi le NADH, qui augmente l'ATP dans toutes les cellules, a des effets très positifs sur les troubles cognitifs et notamment sur la démence. Le NADH est par conséquent la meilleure prévention contre la démence. Il aide par ailleurs à rester en bonne santé physique et mentale.

 

1. Demarin V, Podobnik-Sarkanji S, Storga-Tomic D, Kay G; Treatment of Alzheimer’s Disease with stabilized oral Nicotinamide Adenine Dinucleotide: A randomized, double-blind study;Drugs exptl. Clin.Res. 2004; 30: 327-337.

2. Demarin V, Podobnik-Sarkanji S, Storga-Tomic D, Kay G, Martinic-Popovic,M. Puretic B., Birkmayer JGD; ENADA/NADH improves cognitive impairment of Alzheimer patients;J. Tumor Marker Oncology 2003; 18:43-49.

 

 

 

 

 

 


 

 

Mai 2020

Le NADH et le SPORT

 

Toutes les cellules vivantes, des bactéries à l'organisme humain, contiennent du NADH (hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide). Le NADH, également appelé coenzyme 1, est l'hydrogène biologique qui réagit avec l'oxygène de la cellule et produit de l'eau et de l'ATP (adénosine triphosphate). L'ATP est stockée dans les mitochondries de la cellule et utilisée pour tous les processus d'activités de celle-ci. Cela signifie que plus une cellule a de NADH à sa disposition, plus elle pourra produire d'énergie. Le cerveau, le cœur et les cellules musculaires, en particulier, ont besoin de grandes quantités d'énergie, c'est pourquoi ils contiennent la plupart du NADH.

 

On trouve également du NADH dans notre alimentation, par exemple dans la viande rouge, la volaille et le poisson ; un peu moins dans les légumes. Cuisiner les aliments réduit ou détruit les réserves naturelles de NADH.

 

L'effet énergisant du NADH a des effets positifs non seulement sur la dépression, Alzheimer, la démence, la maladie de Parkinson, le cancer et la fatigue chronique, mais aussi sur les personnes sportives et en bonne santé.

 

Lors d'une étude menée par Prof. George Birkmayer et Dr. Vank (1) avec 17 cyclistes et marathoniens bien entraînés, les effets suivants ont été observés sur des athlètes ayant pris une tablette de NADH de 20 mg chaque matin, avant le petit-déjeuner, pendant 4 semaines:

    - Délai de réaction plus rapide
    - Concentration améliorée
    - Baisse significative du taux de lactate
    - Performance physique et absorption d'oxygène accrues
    - Les paramètres spiroergométriques se sont améliorés sous NADH

 

Raisons possibles à cette amélioration:

    1. Carence préalable en NADH possible.
    2. Augmentation de la concentration en dopamine dans des zones spécifiques du cerveaumenant à une croissance accrue des muscles, car la dopamine stimule la biosynthèse de l'hormone de croissance (GH). Ainsi, les athlètes ont plus de force et d'endurance.
    3. Stimulation de la production d'énergie d'ATP cellulaire par le NADH, car celui-ci arrive directement dans la cellule.

 

Dans une autre étude avec 4 athlètes de haut niveau, Dr Bill Missner (2) des États-Unis a montré ce qui suit:

    - Tous les athlètes ont amélioré leur performance de sprint sous NADH (5 minutes à vélo, 1 mile en course à pied)
    - Valeurs améliorées chez tous, y compris sur les capacités d'endurance

 

Ces résultats ont été vérifiés par une étude contrôlée en double aveugle à l'institut de médecine du sport de l'université de Fribourg en Allemagne (3) Pour les athlètes, la conséquence pratique de cette étude est que la prise régulière de NADH leur permet de s'entraîner plus longtemps dans la phase d'aérobie et ainsi livrer une meilleure performance en termes d'endurance. La créatine kinase (CK), qui augmente normalement pendant un exercice d'endurance, indique une lésion des cellules musculaires. Le NADH permet de ramener en très peu de temps l'activité accrue de la créatine kinase à un niveau normal.

 

Ces excellents résultats ont également été confirmés en Finlande par Prof. Komi (4) et ses études avec des sportifs de haut niveau.

 

Une question importante pour finir : LE NADH EST-IL DU DOPAGE ? Le CIO (Comité International Olympique) et la NADA (l'Agence nationale antidopage allemande) ont une réponse claire:
L'hydrure de nicotinamide-adénine-dinucléotide (NADH) n'est PAS considéré comme une substance dopante.

 

Vous trouverez davantage d'informations à ce sujet sur www.nada-bonn.de ou www.nadamed.de

 

Le NADH est le moyen de choix pour les personnes souhaitant augmenter leur énergie corporelle, leur vitalité et leurs capacités mentales à l'aide de cette coenzyme endogène. Il convient également de mentionner qu'aucun effet secondaire n'a été constaté suite à la prise grandes quantités de NADH (200 mg/jour).

 

Vous trouverez davantage de résultats d'études et d'informations concernant les préparations au NADH sur www.birkmayer-nadh.com et dans le livre « NADH-Der biologische Wasserstoff, das Geheimnis unserer Lebensenergie » (NADH : l'hydrogène biologique, le secret de notre énergie vitale) de Prof George Birkmayer.

 

 

1. Georg D. Birkmayer, M.D., Ph.D., Pavel Vank, M.D., Birkmayer Institute for Parkinson Therapy, Research Division, Vienna, AUSTRIA: REDUCED COENZYME I (NADH) IMPROVES PSYCHOMOTORIC AND PHYSICAL PERFORMANCE IN ATHLETES; International Journal of Sports Medicine April, 1996

 

2. Bill Misner, Ph.D.(Washington, USA), George D. Birkmayer(Vienna, Austria), H. Schlachter (Munich, Germany), and A. Berg (Freiburg, Germany): THE COENZYMEN NICOTINAMIDE ADENINE DINUCLEOTIDE(NADH) AS A BIOLOGICAL ERGOGENIC FACTOR IN SHORT-TERM AND PROLONGED EXERCISE

 

3. Grathwohl D, Klann M, Müller HM, Schlachter H, Berg A.: Einfluss einer NADH Supplementation auf die muskuläre Energiebereitstellung beim Menschen (Influence of NADH supplementation for the muscular energy supply in humans) Deutsche Zeitschrift für Sportmedizin, 11/2000

 

4. Antti A. Mero, Riikka T. Raitanen, George D. Birkmayer and Paavo V. Komi: EFFECTS OF NICOTINAMIDE ADENINE DINUCLEOTIDE HYDRIDE ON PHYSICAL AND MENTAL PERFORMANCE; Manuscript / Journal of Sports Sciences 19.9. 2006

 

 

 

 

 


 

 

Avril 2020

NADH et le cancer

 

Comment le cancer se forme-t-il?

 

1. Par des altérations génétiques de l'ADN, le matériel génétique dans les cellules.

2. Par un déficit en énergie ATP dans la cellule. En conséquence, les mécanismes de réparation de la cellule ne fonctionnent plus.

3. Par des radicaux libres.

 

Ad 1)
L'ADN peut être endommagé par de nombreuses influences. Celles-ci incluent : les toxines environnementales, les pesticides, le tabagisme, les médicaments tels que les agents chimiothérapeutiques,les métaux lourds tels que le mercure (dans les amalgames dentaires), la lumière UV et le rayonnement radioactif. Tous ces facteurs créent des radicaux libres, c'est-à-dire des molécules très réactives, qui modifient notre matériel génétique et forment ainsi la base pour le développement du cancer.

 

Ad 2)
La production d'ATP (= adénosine triphosphate), l'accumulateur d'énergie de la cellule, est dirigée par la coenzyme-1 NADH. Plus la quantité de NADH à laquelle une cellule a accès est importante, plus elle peut produire d'ATP. Ainsi, elle fonctionne mieux et vit plus longtemps.Tous les échantillons de cellules cancéreuses analysés ont présenté un déficit en NADH. (1) C'est pourquoi elles ont un déficit en ATP. Il s'agit de la cause biochimique à la division incontrôlée des cellules cancéreuses menant à la formation de métastases. La question essentielle à poser pour déterminer un traitement du cancer est: peut-on augmenter la concentration en ATP dans les cellules et si oui, comment? Le NADH permet d'augmenter le taux d'ATP. Cela a été prouvé dans des cellules cardiaques isolées. (2). En revanche, la forme oxydée du NADH, NAD+, ainsi que son stade préliminaire la niacine, n'entraînent pas une augmentation du taux d'ATP. Un apport en NADH augmente même le taux d'ATP dans les cellules cancéreuses, ce qui leur permet à nouveau de synthétiser les molécules chargées de la régulation et ainsi de stopper la division cellulaire incontrôlée.
Dr. Thomas COWAN, un médecin américain renommé, a décrit dans le chapitre 10 de son livre «CANCER and the NEW BIOLOGY of WATER» pourquoi la forme de NADH développée et brevetée par Prof. George Birkmayer est efficace dans le traitement du cancer.
Son explication indique que le NADH introduit de l'hydrogène dans la cellule, où il réagit avec l'oxygène et produit de l'énergie ATP et de l'eau. Michael D. Forrest de l' Université de Warwick, Coventry, Royaume-Uni, est parvenu à la même conclusion concernant les effets positifs du NADH dans le traitement du cancer (3).

 

Ad 3)
De même, Dr. Richard Passwater a écrit ce qui suit dans l'avant-propos de mon livre «NADH-The energizing Coenzyme»: il n'existe aucune substance dans l'organisme humain que l'on pourrait définir comme l'antioxydant biologique le plus important ou efficace, mais le NADH s'approche plus de cette définition que toute autre substance biologique. Par conséquent, le NADH est l'antioxydant le plus puissant et ainsi le plus à même de neutraliser les radicaux libres.
Le NADH a un effet scientifiquement prouvé sur de nombreux cancers. Le mécanisme d'action repose sur différents facteurs: Le NADH répare l'ADN altéré dans les cellules cancéreuses (4). Le NADH permet d'augmenter l'énergie ATP dans les cellules cancéreuses (2) et, en tant qu'antioxydant le plus puissant, il neutralise les radicaux libres qui sont une des causes de la cancérogenèse (5).
Vous trouverez ci-après une présentation de quatre exemples de patients atteints du cancer (parmi un total de plus de 90) ayant été traités au NADH et ayant guéri.

 

Patient 1:
Un homme de 48 ans atteint d'un cancer du poumon à petites cellules. Le diagnostic a été établi en septembre 2001 par tomographie, IRM et biopsie. Compte tenu de l'emplacement du cancer à proximité du médiastin, il n'était pas opérable, et le patient a reçu 80mg de NADH/jour (4 comprimés de 20mg). Quatre mois plus tard, sa tumeur avait considérablement réduit en taille et après 10 mois, elle n'était plus détectable à l'IRM. Le patient est en bonne santé depuis mai 2002 (c'est à dire 18 ans).

 

Patient 2:
Une femme de 63 ans atteinte du cancer du sein en 1989 avec des métastases dans le foie et les os. Trois mois après le début du traitement avec 80mg de NADH/jour, ses métastases commencent à résorber. Après 2 ans, tous les marqueurs tumoraux dans le sang étaient à nouveau normaux. La patiente est aujourd'hui encore en bonne santé.

 

Patient 3:
Un homme atteint d'un cancer de la prostate en 1994 a pris 6 comprimés de NADH (20mg) par jour. Après six mois de traitement au NADH, le taux de PSA a baissé de 35 à une valeur normale de 2,0-5,0. La tumeur n'était alors plus visible à l'ultrason ou à la tomographie.

 

Patient 4:
Un algérien de 42 ans présentait un médulloblastome de 3,5cm dans la colonne cervicale (détecté le 3.8.2013). Il était paralysé des bras et des jambes par la tumeur et était en chaise roulante.
Le patient ne pouvait pas se faire opérer en raison de l'emplacement de la tumeur et a refusé de se soumettre à une chimiothérapie. Après une prise quotidienne de 160 mg de NADH (8 comprimés de NADH de 20mg), le médulloblastome n'était plus détectable le 28.11.2013 (c'est à dire au bout de 3 mois) et la paralysie s'est dissipée. Le patient était guéri et aujourd'hui, après plus de 6 ans, il est toujours en bonne santé. 

 

Conclusion: 
La meilleure solution pour renforcer votre système immunitaire tout en améliorant l'énergie cellulaire dans une période telle que celle-ci est le NADH.
Vous trouverez les différents cancers guéris par le NADH dans le livre de Univ. Prof. Dr. med. George Birkmayer: « NADH, alles was Sie über NADH (Coenzym1) wissen sollten« au chapitre 10 (NADH bei Krebs [NADH et le cancer]). Ce livre est disponible en langue allemande et anglaise.

 

N'hésitez pas à consulter les études scientifiques sur notre site Web https://birkmayer-nadh.com/de/info/publikationen.html.

1. Mikirova, N. et al., Journal of Orthomolecular Medicine 2003, 18, 9-24;

2. Pelzmann, B., et al., Brit.J.Pharm.2003, 139, 749-754 ;

3. Forrest M.D.; https://doi.org/10.1101/019307

4. Zhang J., et al.; J. Tumor Marker Oncol. 1998; 13, 5-17.

5. Fa-Quan L, Zhang JR.; World J. Gastorenterol. 2003, 9(8):1781-1785.

 

 

 

 

 


 

 

Mars 2020

L'oxyde nitrique (NO) inhibe la réplication virale

 

L'oxyde nitrique (NO) est une molécule de signalisation répandue impliquée dans quasiment toutes les fonctions cellulaires et des organes dans le corps (1).

 

Le site principal de synthèse de la molécule est la couche interne des vaisseaux sanguins. La molécule décontracte les vaisseaux sanguins, ce qui augmente le flux sanguin vers le cœur et baisse la pression sanguine. (2)

 

Dans le système immunitaire, l'oxyde nitrique est produit par des macrophages, qui sont un type de leucocyte (globules blancs) qui consomme les bactéries et les autres corps étrangers tels que les virus ayant envahi le corps. L'oxyde nitrique est généré par des phagocytes (monocytes, macrophages et neutrophiles) dans le cadre de la réponse immunitaire du corps humain. (3) L'oxyde nitrique est également une composante efficace du processus d'éradication des virus. La réplication virale est inhibée par l'induction d'iNOS et la production ultérieure de NO. Ceci a été démontré pour le virus de la dengue (4), HIV-1, le virus coxsackie (5), l'influenza A et B, le rhinovirus, le CMV et le coronavirus (6).

 

Comment augmenter la production endogène de NO ? La source de NO est l'acide aminé arginine. En interagissant avec l'enzyme oxyde nitrique synthase (NOS), du NO est formé à partir de l'arginine.

 

L'enzyme NOS a besoin de la coenzyme NADH (nicotinamide adénine dinucléotide hydrure) pour fonctionner pleinement. Comme l'a montré Prof. T. Malinski (Université de Ohio), l'amélioration de la synthèse de NO par un apport en NADH est au moins dix fois supérieure à l'effet de toute autre substance. (T. Malinksi, communication personnelle). En d'autres mots, la combinaison d'argigine et de NADH augmente considérablement la production endogène de NO et peut ainsi détruire le virus COV-2 chez les patients infectés ayant développé le SRAS.

 

Un supplément nutritif contenant de l'arginine et du NADH est commercialisé sous le nom de marque NADH VISION.

 

Références:

(1) The discovery of nitric oxide and its role in vascular biology. Moncada S, Higgs EA. Br J Pharmacol. 2006;147 1:S193–201.

(2) Nitrite as regulator of hypoxic signaling in mammalian physiology. van Faassen, EE; Bahrami, S; Feelisch, M; Hogg, N; Kelm, M; et al. (Sep 2009). Med Res Rev. 29 (5): 683–741.

(3) Cellular mechanisms of nonspecific immunity to intracellular infection: Cytokine-induced synthesis of toxic nitrogen oxides from L-arginine by macrophages and hepatocytes". Green, SJ; Mellouk, S; Hoffman, SL; Meltzer, MS; Nacy, CA (1990). Immunology Letters. 25 (1–3): 15–9. PMID 2126524.

(4) Antiviral action of nitric oxide on dengue virus type 2 replication. Takhampunya R, Padmanabhan R, Ubol S; J Gen Virol. 2006 Oct; 87(Pt 10):3003-11.

(5) Nitric oxide donors inhibit the coxsackievirus B3 proteinases 2A and 3C in vitro, virus production in cells, and signs of myocarditis in virus-infected mice. Zell R, Markgraf R, Schmidtke M, Görlach M, Stelzner A, Henke A, Sigusch HH, Glück B, Med Microbiol Immunol. 2004 May; 193(2-3):91-100.

(6) Nitric oxide inhibits the replication cycle of severe acute respiratory syndrome coronavirus, S. Akerström, M. Mousavi-Jazi, J. Klingström, M. Leijon, A. Lundkvist, A.J. Mirazimi Virol. 79 (2005) 1966–1969.

 

 

 

 

 


 

 

Février 2020

SYNDROME DE L’INTESTIN IRRITABLE, MALADIE DE CROHN, RECTOCOLITE HÉMORRAGIQUE : le NADH est bénéfique !

 

Les trois maladies ci-dessus concernent le système digestif.

 

Le syndrome de l’intestin irritable (SII en abrégé, IBS en anglais - Irritable Bowel System) est une maladie caractérisée par des symptômes comme les douleurs abdominales, la diarrhée, la constipation, l’aérophagie et la sensation d’élimination incomplète des selles. Parmi les causes, on trouve le stress, les infections intestinales ou l’alimentation ; et celles-ci s’accompagnent souvent d’une prédisposition génétique.

 

La rectocolite hémorragique (RCH) est une maladie inflammatoire chronique affectant principalement le côlon. Les personnes touchées souffrent de diarrhées douloureuses, sanglantes et accompagnées de glaires plusieurs fois par jour et pendant la nuit, avec souvent un besoin nocturne d’aller à la selle, des douleurs abdominales s’apparentant à des crampes et des coliques, éventuellement une légère fièvre, ainsi qu’une perte de poids et de la fatigue. La rectocolite hémorragique touche uniquement la muqueuse intestinale.

 

La maladie de Crohn, en revanche, est une inflammation affectant toute la paroi intestinale. Elle a probablement pour origine une maladie auto-immune pouvant apparaître dans tout le tube digestif, de la cavité buccale jusqu’à l’anus. La maladie de Crohn commence souvent de manière insidieuse et se manifeste par des douleurs abdominales et des diarrhées persistantes conduisant à une perte de poids. Des taux élevés de CRP et de leucocytes dans le sang ainsi qu’une VS élevée permettent d’établir le diagnostic. Une coloscopie permettra de faire la distinction entre une rectocolite hémorragique et une maladie de Crohn.

 

Cette différenciation est cependant secondaire pour le traitement au NADH, car plusieurs de nos clients ayant des problèmes intestinaux ont déclaré que le NADH les avait beaucoup aidés.

 

Voici ce que raconte Monsieur K. : «Je souffre depuis 20 de la maladie de Crohn. J’ai des diarrhées chroniques et des douleurs abdominales parfois insupportables. Je ne pouvais pas avoir de toilettes à plus de 20 mètres de moi, car je ne pouvais pas contrôler mon besoin d’aller à la selle.Il était impensable de voyager, voir des amis ou travailler. Je me sentais emprisonné chez moi.

Depuis que je prends régulièrement 2 x 4 comprimés de NADH, je me sens renaître.

En très peu de temps, mes selles sont redevenues solides, j’ai pu quitter la maison, j’ai pris du poids et j’avais beaucoup plus d’énergie pour vivre ma vie.

J’ai retrouvé ma JOIE DE VIVRE et j’ai énormément gagné en QUALITÉ DE VIE.»

 

Pour retrouver sa santé ou la garder !

 

 

 

 

 


 

 

Janvier 2020

NADH et NAD+: quelle est la différence?

 

La principale différence entre le NADH et le NAD+ est qu’il est prouvé que le NADH pénètre dans la cellule et y augmente la production d’ATP (énergie).

 

Disposant de davantage d’énergie, la cellule peut ainsi produire en quantités suffisantes toutes les molécules nécessaires à la régulation des cellules.

 

Le NAD+ ne rentre PAS dans toutes les cellules et ne peut donc pas produire d’ATP, comme le prouve une étude (1). Les précurseurs du NAD+ comme le nicotinamide β-riboside ou le NMN (nicotinamide mononucléotide) ne passent pas à travers la membrane cellulaire, car ce sont toutes deux des molécules à charge positive. Elles ne peuvent pas traverser la couche lipidique de la membrane cellulaire. Ceci est illustré par le schéma suivan:

 

 

Plus de 50 études scientifiques ont été publiées sur les fonctions biologiques et les effets thérapeutiques du NADH, et de nombreuses études témoignent également de la sûreté et de l’absence d’effets secondaires du NADH (2).

 

Les éléments suivants étayent la différence entre le NADH et le NAD+: Seules quelques études isolées sont consacrées au NAD+. Jusqu’à présent, une seule étude a été menée sur la tolérance du NAD+ avec 8 (huit) personnes d’âge moyen en bonne santé. L’étude a révélé sans surprise que les huit participants toléraient bien le NAD+ (3). Cependant, les molécules de NAD+ sont trop grandes et ne peuvent donc pas pénétrer la membrane cellulaire. Il est également important de noter que le NAD+ à l’état pur ne constitue pas un nutriment et qu’il ne peut donc pas être absorbé avec des aliments ou compléments alimentaires (4).

 

Des études cliniques montrent que les compléments alimentaires de nicotinamide mononucléotide augmentent le NAD+ à un niveau juvénile. Le NADH est néanmoins présent dans de nombreux aliments et disponible dans le monde entier sous la forme de complément alimentaire. Le NADH présente au moins 3 effets antivieillissement scientifiquement prouvés (5, 6, 7). Trois phénomènes sont principalement responsables du vieillissement : (a) la baisse de la production d’ATP dans les cellules. Le NADH augmente la production d‘ATP dans la cellule (l). (b) La dégradation de l’ADN par des agents toxiques dans l’environnement, des rayonnements et chimiothérapies. Le NADH peut réparer l’ADN et les cellules abîmés (8). (c) L’oxydation et la dégradation de la membrane cellulaire. Le NADH est un antioxydant biologique puissant (9). Le NAD+ est la forme oxydée du NADH et ne peut EN AUCUN CAS agir comme un antioxydant.

 

Sources:

1. “NADH-supplementation decreased pinacidil-primed I K(ATP) in ventricular cardiomyocytes by increasing intracellular ATP” Pelzmann B, Hallström S, Schaffer P, Lang P, Nadlinger K, Birkmayer GD, Vrecko C, Reibnegger G and Koidl B. Brit. J. Pharm. 2003 139,749-754.

2. https://birkmayer-nadh.com/fr/info/publications.html

3. “An open-label, non-randomized study of the pharmacokinetics of the nutritional supplement nicotinamide riboside (NR) and its effects on blood NAD+ levels in healthy volunteers”. Airhart, S. E., Shireman, L.M., Risler, L.J., Anderson, G. D., Nagana Gowda, G. A., Raftery, D., et al. (2017). PloS One 12:e0186459. doi: 10.1371/

4. Expertise no 018/2012 du BfR (Institut fédéral allemand d'évaluation des risques) du 6 février 2012

5. “Coenzym-1 (N.A.D.H.): A Proven Anti-Aging Substance” Birkmayer JGD, Abstr.Comm. 1st European Congress on Anti-Aging Medicine October 18 -21, 2006 Vienna, Austria

6. “Coenzym-1 (NADH) - Eine wissenschaftlich bewiesene Anti-Aging-Substanz” Birkmayer JGD, Prevention and anti aging 2006 340-348

7. “Method of prolonging the Life-span of Living Cells using NADH, NADPH and ADP-Ribose” Birkmayer JGD, Nadlinger K, Hallstöm S, Westerthaler W, US-Patent Pub.No. US 2004 / 0126751

8. The Reduced Coenzyme Nicotinamide Adenine Dinucleotide (NADH) repairs DNA damage of PC12 cells induced by doxorubicin; Zhang JR, Vrecko K, Nadlinger K, Storga D, Birkmayer GD, Reibnegger G J. Tumor Marker Oncol. 1998; 13, 5-17.

9. “The antioxidative capacity of ENADA®-NADH in humans”; Reibnegger G, Greilberger J, Juergens G. and Oettl K.J. Tumor Marker Oncol. 2003; 18, 37-41.